Mallette pédagogique des Archives départementales
Conseil général d'Ille-et-Vilaine, page d'accueil
Accueil » Tous les dossiers » L'Avenir : histoire d'une coopérative granitière » Jean Patin : Directeur de l'Avenir et militant politique

L'Avenir : histoire d'une coopérative granitière / 

Jean Patin : Directeur de l'Avenir et militant politique / 


Le Front populaire, un tournant dans les relations entre les ouvriers et la République

Directeur de la coopérative l’Avenir, Jean Patin est aussi un syndicaliste membre de la CGT, et avant tout un homme épris de justice. De 1924 à 1932, il animera la section louvignéenne de la Ligue des Droits de l’Homme. Dans la poursuite de son engagement militant, c’est tout naturellement qu’il s’était déjà porté candidat à différentes élections locales sous l’étiquette socialiste (municipales en 1920, conseil d’arrondissement en 1931, et cantonales en octobre 1934).

En octobre 1934, le climat politique est fortement agité. A la suite des « événements tragiques de février 1934», la gauche décide de s’unir au mois de juillet au sein du Front Populaire. Le PCF, le Parti Socialiste ou SFIO (Section Française de l’Internationale Ouvrière) et les radicaux passent un pacte d’unité et d’action et définissent une plate-forme électorale afin, notamment, d’ « empêcher le fascisme et sa dictature de s’installer en France ».

Si l’objectif est bien de rassembler « tous les démocrates épris de libertés », la SFIO défend l’idée de mettre en place une « République sociale ». A aucun moment, l’ « Appel aux électeurs » ne fait cependant explicitement référence aux ouvriers, ni à la situation économique. Aucune mesure sociale n’est prévue. Depuis le début des années 1930, la crise frappe pourtant lourdement l’industrie granitière : depuis le mois d’avril, les ouvriers de la coopérative ont dû accepter une diminution de salaire et  les commandes de pavés ou de monuments s’effondrent.

            Les différentes candidatures de Jean Patin sont autant d’échecs face aux candidats conservateurs fortement implantés, mais cela n’empêchera pas la victoire du Front Populaire en 1936, avec 60 % des sièges à l’Assemblée nationale.

 

Objectifs pédagogiques :

            - Décrire le contexte politique des années 1930

            - Montrer la réaction des démocraties face aux totalitarismes

  - Relever les objectifs du Front Populaire

Crédits Mentions légales Contact