Mallette pédagogique des Archives départementales
Conseil général d'Ille-et-Vilaine, page d'accueil

Le Misanthrope: un texte de Molière mis en scène par H.Gignoux, au cours de la saison 1953-1954 / 

Histoire d'une mise en scène

1) La pièce

 

 

Le Misanthrope ou l’Atrabilaire amoureux est une comédie de Molière en cinq actes et en vers (1808 alexandrins) jouée pour la première fois le 4 juin 1666 au Théâtre du Palais-Royal. Cette pièce conte les mésaventures d'Alceste, un personnage d'une loyauté et d'une probité indéfectibles. Son exigence de sincérité l'empêche de vivre en harmonie avec son milieu où le paraître l'emporte souvent sur l'être. A sa création, cette pièce connaît un succès mitigé, mais sa dimension morale (la pièce aborde les questions de l'hypocrisie sociale, de la sincérité) lui assurera un prestige qui ne fera que croître les siècles suivants.

« L’ami du genre humain n’est point du tout mon fait. »

(Alceste, acte I, scène I, vers 64)

Cette citation est un bel auto-portrait d'Alceste et une parfaite illustration du sens du terme « misanthrope » (= celui qui n'aime pas les hommes, le genre humain). N'est-il pas alors paradoxal qu'il soit amoureux de Célimène ?

Tels sont quelques uns des enjeux de cette pièce que tout metteur en scène doit conserver à l'esprit lorsqu'il entreprend de la monter. (Molière)

2) Qui est H. Gignoux ?

Henri Gignoux (1901-2008) est un comédien français, un metteur en scène et peut être considéré comme un des pionniers de la décentralisation dans le domaine du théâtre. Comédien à ses débuts dans une troupe qui parcourt la France, il se lance après la seconde guerre mondiale dans des spectacles de marionnettes. Il revient ensuite au théâtre en organisant des stages de formation pour théâtre amateur. A cette occasion, il rencontre Guy Parigot et sa troupe des Jeunes Comédiens de Rennes avec laquel il va fonder le Centre Dramatique de l'Ouest en 1949. Ils joueront Un châpeau de paille d'Italie de Labiche pour l'inauguration. En 1957, il prendra la direction du Centre dramatique de l'Est à Strasbourg.

Outre ses activités à la CDO, il devient l'un des artisans de la décentralisation initiée par Jeanne Laurent. En cela, il rejoint les ambitions de Guy Parigot et de l'ambition de l'équipe de la CDO de rendre les textes et le théâtre accessibles au public, sans jamais renier la qualité. Il dénoncera, d'ailleurs en 1971, la faiblesse et l'irrégularité des subventions publiques et reprendra son métier de comédien; il jouera jusqu'en 1994 (il joue alors dans Andromaque d'Euripide mise en scène par Jacques Lassalle à Avignon).

En 1984, Ses Mémoires paraissent, il fait plusieurs apparitions au cinéma et joue avec les plus grands (Rohmer, Resnais, Mnouchkine

Voici un lien pour lire l'hommage de Muriel Mayette: Henri Gignoux

3) Quel décor ?

Il s'agit d'un décor unique conçu par Jacques Noël, qui n'évolue pas pendant la pièce : on retrouve là l'application d'une des règles du théâtre classique édictée par Boileau dans son Art Poétique :

« Que le lieu de la scène y soit fixe et marqué . » v 38

« Qu’en un lieu, qu’en un jour, un seul fait accompli

Tienne jusqu’à la fin le théâtre rempli . » v 44-45

image

 Cote A.D.I.V. 150 J 1568

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cote A.D.I.V. 150 J 1568

Acteur(s) présent(s) sur la photo, de gauche à droite : Denis Manuel - Alain Mottet - Ginette Faure - Hubert Gignoux - Nicole Favart - Jacques Gheusi - Georges Goubert au fond : Guy Parigot - Jean Meluc.

 

 

 

 

 

 

 

 

Q1 - Observez ces deux clichés du décor. Décrivez le décor : quels éléments essentiels s'y trouvent ? Quels choix d'accessoires ont été faits ? Pourquoi à votre avis ? Pourquoi peut-on parler d'une mise en scène classique ?

 

Cote A.D.I.V. 64 J 102 image OO15

En quoi ce croquis réalisé pour le décor confirme-t-il cet aspect classique de la mise en scène ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  4) Quels acteurs ?

Vous constatez que, dans le programme dont disposait le public, les acteurs n'ont pas été photographiés en costumes de scène : ils sont identifiés par leurs patronymes et non par leur rôle.

Document : page 9 in Le programme  : (côte 64 J 55, n° 23, fonds DAPIV)

 

Q 2- Formulez vos hypothèses : quel acteur pour quel rôle ? Vous pourrez vérifier vos réponses à l'aide des pages 6 et 7 du programme. Avez-vous des surprises ? Des a priori ? Considérez-vous d'emblée que certains acteurs sont bien choisis pour le rôle qu'ils vont interpréter ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

5) Quels costumes ?

Les costumes ont été créés par Jacques Noël.

Acteurs présents sur la photo: Hubert Gignoux - Ginette Faure

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Acteur présent sur la photo : Roger Guillo

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Acteur(s) présent(s) sur la photo , de gauche à droite : Ginette Faure - Jeannette Granval

(Photos extraites de la photothèque du TNB Ref. : 1953_misan_1, 2, 7)

 

Q 3- quels personnages apparaissent sur ces clichés ? Quels éléments de costume vous le prouvent ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 6) Quels objectifs de mise en scène ?

Pour essayer de retrouver les intentions qui ont prévalu aux choix de mise en scène, nous ne disposons que de peu de documents. Néanmoins le programme préparé pour être diffusé à l'occasion de ce spectacle a été réfléchi par l'équipe et nous en dit beaucoup sur les réflexions et éléments qui l'ont guidée pendant ce travail de mise en scène. Essayoons de lire entre les lignes ….....

Le programme : (côte 64 J 55, n° 23, fonds DAPIV)

dimensions : 18,9 x 12,6 cm

Description du programme papier :

La page de couverture est très sobre, sa couleur est le bleu clair et le logo de la Comédie De l'Ouest est imprimé en noir. Il s'agit d'un livret relié qui comporte quatre pages dont une double page au centre.

Description du programme : en page 1, on trouve une citation placée en exergue; en pages 2 et 5 (feuilletoire), on peut lire une analyse de Hubert Gignoux de la pièce. En pages 3 et 4 se trouvent des gravures mises en regard de l'analyse de la pièce. Les pages 6 et 7 (feuilletoire) forment une double page qui doit faire écho à l'affiche du spectacle et nous renseigne sur la distribution, les concepteurs des décors et des costumes. En page 8, on a choisi d'intégrer un extrait d'un texte de Jean-Leonor Gallois, Sieur de Grimarest (premier historiographe de Molière). En page 9 (feuilletoire), on trouve des photographies (vignettes) des acteurs. La page 10 contient une photographie du spectacle La Découverte du Nouveau monde prise par le studio R.Cottin et page 11 une sorte de revue de presse à propos de ce spectacle, joué en novembre-décembre. La page 12 permet de rappeler l'organisation administrative de la CDO ainsi que la liste des spectacles de la saison 53-54 (au nombre de 6) ainsi que leurs créneaux de programmation.

Deux citations:

* En page 1 à l'intérieur du livret :

« Le Misanthrope enfin se joue

Je le vis dimanche et j'avoue

Que Molière, son auteur,

N'a rien fait de cette hauteur.

Les expressions en sont belles

Et vigoureuses et nouvelles,

Le plaisant et le sérieux

Y sont assaisonnés des mieux. »

Robinet (lettre en vers à Madame)

* En 4è de couverture :

« Molière est un des rares esprits – rare dans tous les temps – que l'erreur indigne. »

Ramon Fernandez

Q 4- Pourquoi placer la mise en scène sous l'égide de ces deux commentaires ? Quelles indications cela peut-il nous donner pour ce qui est des choix du metteur en scène ?

Document pages 2 et 5 : l'analyse de H.Gignoux

Q 5- Lisez l'analyse du metteur en scène. Quelles sont les motivations du choix de cette pièce ? Relevez les termes qui vous paraissent essentiels. Pourquoi le mot « crise » constitue-t-il un leitmotiv intéressant ?

Q6 - Pourquoi le metteur en scène prend-il la peine de resituer la pièce dans son contexte d'écriture ? Quelles pistes concernant les choix scénographiques pouvons-nous y trouver ?

Voici, en complément, quelques éléments sur les intentions et réflexions de Jean-François Sivadier qui mettra en scène cette pièce en janvier 2013 au TNB à Rennes.

Q 7- Lisez le texte et faites tous les rapprochements nécessaires. Les metteurs en scène ont-ils la même analyse de la pièce ? Leurs intentions scénographiques sont-elles les mêmes, très différentes ?

« Un fil conducteur semble se dégager rétrospectivement quant au choix des spectacles que nous avons montés jusqu’à présent, qui serait celui des révolutions. La révolution sous toutes ses formes. Et sans doute est-ce lié au fait que nous envisageons aussi chaque création comme le lieu possible d'une petite révolution. Nous avons souvent raconté dans nos spectacles l'histoire d'une société emportée dans un mouvement qui la dépasse. Que ce soit à cause d'un évènement (la révolution française avec Büchner dans La Mort de Danton et Beaumarchais dans La Folle Journée), ou d'un homme (La Vie de Galilée, Le Roi Lear)... La création du Misanthrope de Molière s'inscrit directement dans cette ligne. Molière signe une pièce politique où l'on voit un homme qui refuse le monde tel qu'il est tout en refusant d'abord de le fuir. Un homme qui met en crise le contrat social, qui rêve maladroitement d'une révolution des rapports entre les hommes. Un acteur qui veut arracher son masque et qui tremble de découvrir son visage véritable. »

Jean-François Sivadier, Mars 2012

Analyse et intentions d'H. Gignoux Analyse et intentions d' J.F.Sivadier

 

Q 8 - Quels aspects de vos analyses la citation suivante, extraite du texte de Grimarest – que H.Gignoux et son équipe ont choisi de faire figurer dans leur programme- confirme-t-elle ?

Grimarest évoque un dialogue qui eut lieu entre Molière et deux de ses amis, Rohaut et Mignard.

(…) «Oui, mon cher Monsieur Rohaut, je suis le plus malheureux de tous les hommes», ajouta Molière, «et je n'ai que ce que je mérite. Je n'ai pas pensé que j'étais trop austère, pour une société domestique. J'ai cru que ma femme devait assujetir ses manières à sa vertu, et à mes intentions; et je sens bien que dans la situation où elle est, elle eût encore été plus malheureuse que je ne le suis, si elle l'avait fait. Elle a de l'enjouement, de l'esprit; elle est sensible au plaisir de le faire valoir; tout cela m'ombrage malgré moi. J'y trouve à redire, je m'en plains. Cette femme cent fois plus raisonnable que je ne le suis, veut jouir agréablement de la vie; elle va son chemin: et assurée par son innocence, elle dédaigne de s'assujettir aux précautions que je lui demande. Je prens cette négligence pour du mépris; je voudrais des marques d'amitié pour croire que l'on en a pour moi, et que l'on eût plus de justesse dans sa conduite pour que j'eusse l'esprit tranquille. Mais ma femme, toujours égale, et libre dans la sienne, qui serait exempte de tout soupçon pour tout autre homme moins inquiet que je ne le suis, me laisse impitoyablement dans mes peines; et ocupée seulement du désir de plaire en général, comme toutes les femmes, sans avoir de dessein particulier, elle rit de ma faiblesse. Encore si je pouvais jouir de mes amis aussi souvent que je le souhaiterais pour m'étourdir sur mes chagrins et sur mon inquiétude ! Mais vos ocupations indispensables, et les miennes m'ôtent cette satisfaction.» M. Rohaut étala à Molière toutes les maximes d'une saine Philosophie pour lui faire entendre qu'il avait tort de s'abandonner à ses déplaisirs. - «Eh ! » lui répondit Molière, «je ne saurois être Philosophe avec une femme aussi aimable que la mienne; et peut-être qu'en ma place vous passeriez encore de plus mauvais quarts d'heure

Q 9- Quel est l'autoportrait que Molière fait de lui ? En quoi peut-on y trouver des échos avec le personnage d'Alceste ? (repérez, notamment les champs lexicaux et les antithèses)

Crédits Mentions légales Contact